Le programmeur web ou le développeur web est un métier né avec l’avènement du web. Les services de ces nouveaux professionnels occupent aujourd’hui près de 20 % des annonces sur le réseau LinkedIn. Ainsi, de nombreux analystes s’entendent pour dire que le métier a plus que jamais de beaux jours devant lui, et ce malgré la menace de l’intelligence artificielle. À cet effet, il sera question dans cet article d’explorer ce nouveau métier né de la bulle d’internet des années 1990 et 2000. Lisez donc cet article avec attention !

Le développeur web, qui est-ce ?

Le développeur web ou le programmeur web est un professionnel de l’internet dont le début d’activité est intimement lié à la naissance de la toile. Le métier va prendre progressivement de l’ampleur du milieu des années 1990 à nos jours. À cet effet, tous les sites web, y compris celui-ci, ont pour concepteur le programmeur web.

Très demandé sur le marché, trouver un programmeur n’est parfois pas aisé. C’est un professionnel qui est très convoité sur le marché de l’emploi au point où son salaire est très avantageux. Cela dit, que fait donc le programmeur web ?

Que fait le développeur web ?

Avec près de 1,4 milliard de sites Web dans le monde, l’internet est donc très présent dans notre vie. Par ailleurs, le nombre de ces portails Web est amené à croitre dans les années à venir. Ceci suppose donc un besoin plus accru en développeurs web. Alors, que fait le développeur web ? Le développeur web est avant tout un informaticien qui s’occupe de la conception d’un site web d’amont en aval. Mais, on le retrouve également dans la création des applications et des logiciels de tous genres. À cet effet, il est aidé par l’infographiste qui lui offre la maquette de la plateforme ; maquette qu’il utilisera pour élaborer à son client un site internet ou une application à l’interface simple et rapide.

En outre, pour créer un site web, une application ou un logiciel, le développeur web fait usage de nombreuses compétences. C’est de l’essence même du métier. À cet effet, il doit avoir :

  • de bonnes connaissances techniques ;
  • une vision business ;
  • une soif de connaitre ;
  • des compétences en communication.

Avoir de bonnes connaissances techniques

Avoir de bonnes connaissances techniques est essentiel pour tout développeur web. Dans les faits, il s’agit de maitriser les différents langages de programmation, chose sur laquelle nous reviendrons, de maitriser les différents systèmes d’exploitation, mais aussi de connaitre les différents matériels informatiques qu’il utilise. À cet effet, il doit être tout le temps en veille technologique pour ne pas se laisser dépassé par ses concurrents sur le marché de l’emploi.

Avoir une vision business

Pour la plupart des développeurs, la vision business reste un côté auquel ils restent insensibles. Néanmoins, tout développeur accompli doit y porter un regard prioritaire. En effet, si maitriser la conception des sites web, logiciels et autres applications est un impératif, en comprendre la finalité commerciale est un plus qu’il ne faut absolument pas ignorer. À cet effet, un développeur accompli a donc l’obligation, dès lors qu’il doit mettre en place un site ou une application à un client, de garder à l’idée le côté commercial auquel il est destiné.

Avoir la soif de la connaissance

La programmation web est l’un de ces métiers où il faut être tout le temps en veille technologique. Cela est dû au fait que le secteur informatique est en constante évolution avec l’amélioration des langages de programmation, mais aussi du matériel informatique. Il faut donc apprendre au jour le jour et prendre part si possible à des campagnes de recyclages. En outre, il serait très intéressant d’apprendre chez des personnes plus expérimentées. Par ailleurs, il existe des plateformes à usage exclusif pour les développeurs où ces derniers peuvent s’échanger entre professionnels. C’est le cas de : Github et stackoverflow.

Avoir de bonnes compétences en communication

Aussi banal que cela puisse paraitre, disposer de l’art de la communication est essentiel pour un développeur. D’abord, il va certainement travailler en équipe avec des collègues. Ensuite, il doit pouvoir communiquer avec ses clients. Mais, plus que savoir s’exprimer entre collègues, il s’agit de la communication écrite. Rappelons-le, l’essentiel de la documentation, les rapports et les cahiers de charges sont écrits. À cet effet, pour tout développeur Web qui voudrait avoir la reconnaissance de son travail, être capable de pouvoir transposer ses pensées à l’écrit et d’entretenir une bonne communication autour de sa personne est indispensable.

Quels sont les langages de programmation du programmeur web ?

Comme le marteau et l’enclume pour le forgeron, les langages de programmation sont l’outil principal de travail du programmeur web. À cet effet, dans le choix de tel langage de programmation, le développeur y met assez de rigueur. Les raisons de tant de scrupules sont dues au fait que les besoins du métier soient de plus en plus complexes ; que les exigences de sécurité et de stabilité des applications imposent une certaine rigueur dans les choix technologiques intervenant dans la programmation.

Cela dit, parmi les nombreux langages utilisés, voici ceux qui ont le vent en poupe en 2019 :

JavaScript : souvent abrégé JS, JavaScript est un langage de script léger conçu pour développer des applications Internet et, par la même occasion, pour étendre les possibilités du HTML.

Java : créé en 1995, Java est un langage de programmation réputé pour sa bonne structuration. Il n’utilise en effet que des objets de type class, ceux-ci étant soit instanciés, soit non instanciés. Par ailleurs, Java est un langage apprécié pour sa fiabilité et sa rapidité.

C# : langage de programmation orientée objet commercialisé par Microsoft, C# est reconnu pour être un langage généralisé de haut niveau. En effet, ses particularités tiennent de son excellente gestion des erreurs, mais aussi de l’absence de concepts compliqués (la gestion de la mémoire par exemple).

C++ : contrairement au C# qui est un langage de programmation de haut niveau, le C++ est un langage généralisé de bas niveau. Il peut être utilisé avec le C#, mais sa particularité est qu’il donne accès directement aux ressources matérielles, à la mémoire. Pour cela, une bonne connaissance technique de l’ordinateur, des cartes graphiques et autres paramètres de la part du programmeur est nécessaire.

PHP : PHP pour Hypertext Preprocessor est un langage de script de programmation gratuit et destiné aux logiciels libres. Il a de nombreux avantages, mais aussi quelques défauts comparativement au C# et au C++. Ses points forts qui sont appréciés des programmeurs sont sa maintenance facile, sa syntaxe classique et son écriture générique et classe.

Swift : présenté par Apple en juin 2014 à la Worldwide Developers Conference, Swift est un langage de programmation très apprécié des développeurs web. En effet, il est réputé pour être très léger, moderne, mais également très accessible.

l’Objective-C : l’objectif C est un langage de programmation compilé, multi-plateforme, libre et orienté objet. Bien apprécié des programmeurs, il est principalement utilisé dans les systèmes d’exploitation d’Apple : Mac OS et son dérivé Ios. Son coté fort est qu’il est très puissant et découle du C auquel on a ajouté de l’orienté objet.

Quelles formations suivre pour devenir développeur web ?

Quelles formations suivre pour devenir développeur ou comment devenir développeur web ? Au début des années 2000, la plupart de ceux qui choisissaient le métier de développeur web étaient autodidactes. Et même aujourd’hui, bien que de nombreuses formations soient à la portée des passionnés de la programmation web, on y retrouve toujours des autodidactes. À cet effet, il faut reconnaitre que le programmeur web est un professionnel qui ne finit jamais d’apprendre et que par-dessus tout il doit être curieux. Cela dit, les diplômes élémentaires d’un programmeur aujourd’hui sont le BTS ou le DUT. Mais, l’idéal pour pouvoir peser sur le marché et être recruté par de grandes plateformes est d’obtenir un master dans des domaines tels que :

  • métiers du multimédia et de l’Internet (DUT) ;
  • design graphique option communication et médias numériques (BTS) ;
  • concepteur et gestionnaire de sites internet (licence) ;
  • création de sites Web (licence) ;
  • informatique spécialisée en Développement Web & mobile (master) ;
  • etc.

Par ailleurs, il existe également des formations de courtes durées pour ceux qui ne voudraient pas suivre un cycle académique trop long. Ce parcours professionnel est davantage proposé à ceux qui sont autodidactes et qui souhaitent se recycler ou obtenir un diplôme. Néanmoins, ce dernier n’est souvent pas aussi bien rémunéré que les diplômes académiques au sein des entreprises.

Où travaille le développeur Web ?

Le développeur web est un professionnel qu’on peut retrouver dans de nombreuses administrations. En effet, ce professionnel est indispensable dans tous les secteurs d’activités où l’internet et/ou la gestion d’un site web s’imposent. Ainsi, on le retrouve dans les secteurs suivants : banque/finance, santé, industrie, commerce, grande distribution, etc. Par ailleurs, le développeur web peut exercer de façon indépendante, c’est-à-dire en freelance ou encore en équipe. Dans ce dernier cas, ce sont les grandes entreprises qui constituent des équipes de programmeurs web. De façon globale, que ce soit en équipe ou en freelance, il répond à un cahier de charge dument élaboré par un chef de projet.

 Les missions d’un développeur web au sein d’une entreprise 

Selon Tony Archambeau, expert en programmation web,

« les deux missions principales d’un développeur consistent à développer des fonctionnalités sur un site ou une application et à résoudre les bugs. Au quotidien, cela se reflète principalement par la rédaction de code (activité principale), de la recherche sur une documentation ou un moteur de recherche, de la rédaction de documentation technique, des phases de tests. »

De façon simplifiée, le développeur web a 8 principales missions que sont :

  • analyser les besoins de sa clientèle : en effet, dès lors qu’il est sollicité, le développeur web recherche les besoins de son client et essaie d’y apporter des solutions ;
  • choisir une solution technique : choisir une solution technique revient à trouver la meilleure solution aux besoins du client. Cette mission se solde par la rédaction d’un cahier de charge ;
  • concevoir le site : au cours de cette mission, le site est conçu en amont en respectant le cahier des charges. Son architecture (visuelle, technique) est définie, ainsi que sa base de données ;
  • développer l’ensemble des fonctionnalités techniques du site ou de l’application ;
  • respecter les bonnes pratiques de codage ;
  • tester puis valider les fonctionnalités ainsi développées ;
  • former son client à l’utilisation du site internet avant même sa livraison.

Quel est le salaire d’un développeur web ?

Quel est le salaire d’un développeur web ? Comme tous les métiers du monde, la programmation web est un job qui nourrit son homme, et ce mieux que certains métiers. À cet effet, qu’il soit engagé au sein d’une entreprise ou qu’il travaille en freelance, le développeur web jouit d’un salaire plus ou moins confortable. Ainsi, en début de carrière, un développeur web junior avec un BAC +2 ou un BAC+3 gagnera au minimum 2500 euros. Ce salaire est donc amené à évoluer au fur et à mesure que son expérience s’accroit (évolution en fonction des outils et langages maîtrisés). Dans bien des cas, il touchera au moins 50 000 euros par an comme salaire. À titre de comparaison, le salaire minimum interprofessionnel de croissance français (SMIC) s’élève à 1521, 23 euros au 1er janvier 2019.

Quel est le salaire d’un développeur web freelance en France ?

Combien gagne un développeur web freelance comparativement à un développeur web salarié ? Le salaire d’un travailleur freelance n’est pas connu d’avance. Néanmoins, supposons que le salaire de base d’un programmeur web en SSII (actuel ESN) est de 2500 euros et que le Freelancer soit en contrat avec une société de conseil pour un TJM de 450 €. Si on considère le montant récolté par chacun à la fin du mois, le Freelance est largement en avance de salaire sur son collègue en SSII. Néanmoins, un travailleur freelance a plus de charges que le salarié et doit en plus s’acquitter de diverses taxes. Ceci le ramène légèrement au-dessus du salarié, et cela lorsqu’il trouve régulièrement de marché.

Quelle est la grille tarifaire des freelances en France ?

En France, les développeurs sont réputés pour leur savoir-faire et par conséquent pour leur tarif élevé également. Mais, ces derniers sont fonction des villes françaises où ils travaillent. À cet effet, la plateforme Hopwork qui recense de très bons freelances français dans de nombreux domaines propose ici la grille tarifaire des développeurs en France. Il prend en compte de nombreux facteurs dont le type de langage de programmation, la ville où habite le développeur web et le tarif moyen.

 

Tarifs des développeurs freelances — France

Langage

Recherches

Tarif moyen

Paris

Marseille

Lyon

Toulouse

Nice

php

40,20%

327 €/jour

390 €/jour

340 €/jour

372 €/jour

384 €/jour

264 €/jour

java

34,30 %

444 €/jour

535 €/jour

477 €/jour

458 €/jour

501 €/jour

353 €/jour

ruby

7,80 %

448 €/jour

500 €/jour

425 €/jour

390 €/jour

575 €/jour

245 €/jour

javascript

5,40 %

386 €/jour

441 €/jour

359 €/jour

412 €/jour

399 €/jour

238 €/jour

python

5,10%

428 €/jour

516 €/jour

402 €/jour

445 €/jour

405 €/jour

700 €/jour

scala

3,20%

576 €/jour

618 €/jour

600 €/jour

585 €/jour

c++

2,40 %

369 €/jour

415 €/jour

350 €/jour

425 €/jour

322 €/jour

700 €/jour

c#

1,60 %

332 €/jour

419 €/jour

440 €/jour

391 €/jour

510 €/jour

275 €/jour

Conclusion

Le développement web est un métier qui augure d’un avenir meilleur malgré l’IA. Néanmoins, plus que son potentiel d’être un secteur pourvoyeur d’emploi, c’est sa capacité à innover en termes de technologie qui est impressionnante. À cet effet, de nombreux langages de programmation, fruit de grands groupes tels que Google ou Mozilla, augurent d’un avenir meilleur pour le métier. Ainsi, Angular, Go ou encore Rust seront les langages de programmation qui domineront certainement les prochaines années, et ce pour la plus grande joie des développeurs web.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here